Site Officiel du Epinal Hockey Club

Presentation des matchs France-Lettonie

Trente deux ans de patience. C'est ce qu'il a fallu aux fans de hockey spinalien avant de revoir l'équipe de France dans la Cité des Images. La dernière fois c'était le 6 février 1990 et c'est le Canada qui était venu goûter à la glace vosgienne et le match s'était conclu par une défaite 2-3 des Bleus.
Si ces retrouvailles du peuple spinalien avec son équipe nationale aurait dû se dérouler il y a deux ans, le report Covid n'a en rien altérer l'attente autour de ce moment. Et c'est donc la Lettonie qui va se dresser sur le parcours préparatoire de la France.
 

 
La double confrontation risque d'être hardue pour la bande à Bozon, la Lettonie figurant au 10ème rang mondial alors que la France pointe à la 14ème place. Si les deux équipes s'envoleront le mois prochain pour disputer les Mondiaux Élite en Finlande, la France le doit à l'exclusion de la Russie des compétitions sportives internationales (l'Italie profitant de l'exclusion de la Biélorussie).
Mais rien ne sera joué d'avance entre ces deux équipes qui se connaissent bien mais qui ne seront pas au complet. La NHL n'ayant toujours pas rendu le verdict de sa saison régulière, Giergensons, Blugers, Balcers et Rubins côté letton Texier, Bellemare et Roussel côté français ne seront pas de la partie. Les divers championnats européens touchant également seulement à leur fin, de nombreux autres joueurs seront également absents, notamment le capitaine Damien Fleury, Yohann Auvitu ou Anthony Rech côté Bleu.
 

La Lettonie débutera sa préparation au Mondial par cette double confrontation. La sélection sera composée essentiellement de joueurs qui évoluaient en KHL dans le club local du Dinamo Riga jusqu'en début d'année. Les dirigeants de l'équipe ayant annonce le retrait du Dinamo de la ligue russe début janvier afin de protester contre la guerre en Ukraine, la quasi-totalité des joueurs a trouvé refuge dans les championnats voisins pour la fin de saison, que ce soit en Finlande, en Suède, en Allemagne ou encore en Slovaquie. En attendant de voir ce qu'il adviendra du club la saison prochaine.

 
Pour cette double confrontation, les Bleus auront, de leur côté, quand même fière allure. Difficile de dire qui de Henri-Corentin Buysse ou de Quentin Papillon gardera le filet. Le premier porte Amiens depuis de nombreuses saisons et avait bouclé le Tournoi de Qualification Olympique avec 95,9% d'arrêts. Le second, vient de vivre sa première saison à l'étranger, en Norvège, dans l'équipe de Grüner qui a réussi à se maintenir malgré une saison compliquée grâce aux performances de son portier tricolore, auteur de 91,4% d'arrêts pour maintenir son équipe. N'oublions pas Sebastian Ylönen, solide titulaire des cages cergynoises.

En défense, les anciens spinaliens Aziz Baazzi (désormais à Amiens) et Vincent Llorca (Angers) apparaissent comme de vieux briscards aux côté de la nouvelle génération incarnée par Thomas Thiry, rompu aux joutes de la National League avec Berne, Hugo Gallet, titulaire à KalPa en Finlande, le récent champion de France Pierre Crinon et du capitaine des U20 nationaux, le bordelais Jules Boscq. Ils seront également accompagnés par les experimentés Florian Chakiachvili (Rouen) et Romain Bault. En attendant l'arrivée du taulier Yohann Auvitu et avec les récentes retraites de Kévin Hecquefeuille et Antonin Manavian, ces 8 là ont tous de bonnes chances de voir Tampere le mois prochain.

Côté offensif, outre l'absence des trois de NHL, le magicien Stéphane Da Costa ne sera également pas de la partie. Victime d'une grosse blessure, il a dû se résoudre à déclarer forfait pour les prochains Mondiaux. A ce stade de la préparation, de nombreux joueurs majeurs sont également encore retenus en club: Charles Bertrand (finale de Liiga), Damien Fleury et Sacha Treille (tout frais champions de France), Anthony Rech (demi-finale de DEL), Valentin Claireaux (finale de Swiss League) et Teddy Da Costa (récent finaliste en Pologne). C'est donc une attaque composée à moitié par des joueurs évoluant dans des championnats européens et l'autre moitié en Ligue Magnus qui patinera à Poissompré. Ce n'en est pas pour autant une attaque au rabais qui se présentera avec la présence de Guillaume Leclerc, Bastien Maïa, des frères Bozon ou de Jordann Perret. Si Peter Valier effectuera lui son retour à Épinal mais nul doute que le chouchou du public s'appellera, comme de 2013 à 2017, Pierre-Charles Hordelalay. Auteur d'une saison remarquable avec Cergy, "Pilou" vit ses premières heures en Bleu.

Ce sera également un retour à Poissompré pour Philippe Bozon, ancien coach spinalien qui avait conduit les Gamyo en finale de la Ligue Magnus en 2016. Premier joueur français à évoluer en NHL (aux Blues de Saint-Louis de 1991 à 1994), il a également vu son maillot retiré par Genève-Servette en 2017. Véritable légende du hockey français, il a pris la succession de Dave Henderson en 2018, qui était alors en poste depuis 14 ans.



Nous vous donnons rendez-vous à la patinoire de Poissompré jeudi et vendredi à 20h00 a la patinoire de Poissompré (ouverture des portes à 18h30).
Prévente ce mercredi à 20h00. Billetterie sur place les soirs de match à partir de 17h00.